Le Collectif Interassociatif Sur la Santé n’existe plus depuis le 21 mars 2017, s’étant transformé en Union nationale des associations agréées d’usagers du système de santé… dont le nom d’usage est France Assos Santé : jusqu’au lancement de son propre site, en cours de création, retrouvez ses actualités sur leciss.org

AA - +

RECHERCHE

Fin de vie : une campagne pour en parler !

Accueil > Espace Presse > Actualités > Fin de vie : une campagne pour en parler !

21 février 2017

Fin de vie : une campagne pour en parler !

La loi « créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie » du       2 février 2016 a un peu plus d’un an. Une année qui a notamment permis de publier les textes d’application de cette loi sans lesquels elle ne peut entrer en vigueur. Ces textes publiés, une campagne d’information a été lancée. Dans une première phase, cette campagne s’est adressée aux professionnels de santé afin de les informer sur le contenu de cette loi : http://social-sante.gouv.fr/grands-dossiers/findevie/pour-les-professionnels-de-sante

 

Le 20 février 2017, la campagne d’information est entrée dans sa deuxième phase à destination du grand public. « La fin de vie, et si on en parlait ? »  vise à inciter nos concitoyens à parler de leur fin de vie, à y penser qu’ils soient malades ou en pleine santé.

 

  • En parler, c’est échanger avec ses proches et les professionnels de santé sur des questions que l’on ose rarement aborder alors que nous y sommes tous confrontés, comme le montre le spot diffusé dans le cadre de cette campagne :

 

  • Y penser, c’est s’informer sur ses droits en accédant aux nombreux documents écrits et vidéos mis en ligne sur le site www.parlons-fin-de-vie.fr.
  • Y penser, ça peut aussi passer par la rédaction de ses directives anticipées dont la loi de février 2016 prévoit qu’elles s’imposent au médecin et qu’elles peuvent être rédigées à l’aide du modèle suivant : http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fichedirectivesanticipe_es_10p_exev2.pdf
  • Y penser, ça peut aussi passer par réfléchir à la personne de confiance que l’on souhaiterait désigner pour nous accompagner dans notre parcours de malade et faire valoir nos droits et nos volontés si nous ne pouvions plus le faire nous-mêmes.

 

En complément de ces éléments d’information, nous vous recommandons la lecture de la fiche Santé Info Droits Fin de vie et directives anticipées qui tient compte des évolutions contenues dans la loi du 2 février 2016.

 

Oui, la fin de vie est un sujet difficile, mais elle nous concerne ou concernera tous à un moment ou à un autre, qu’il s’agisse de la fin de vie d’un proche ou de la nôtre. S’informer, en parler permettent d’anticiper les choses et de s’assurer que notre volonté/notre voix sera entendue le moment venu.